Genappe et le changement climatique : osons innover !

Publié le dimanche 11 juin 2017

Il y a peu de temps, Jacky Morael, ancien secrétaire fédéral d’ECOLO nous quittait. Cet homme engagé disait :

« L’utopie serait de croire que vivre comme aujourd’hui pourrait encore durer longtemps ».

Un des principaux pollueurs de la planète, les USA, ont élu un président climato-sceptique préférant la finance à la santé de notre terre. Il vient d’ailleurs de dénoncer les « Accords de Paris »…

De tous les cotés, les signaux sont au rouge en ce qui concerne le climat et l’environnement. Cela n’est pas neuf, mais aucune décision politique audacieuse n’est prise à Genappe.

Cet environnement est la première préoccupation de beaucoup de jeunes, ce sont eux qui subissent le résultat de nos actions...

Dès lors, pourquoi la commune de Genappe, « commune Nature » refuse-t-elle le changement ?

Pourquoi refuser la proposition d’Ecolo-Genappe d’adopter les poubelles à puces, pourtant largement employées dans de nombreuses communes wallonnes, et qui permettent de réduire considérablement la masse des déchets, en les valorisant ?

La commune a signé la « convention des Maires », qui vise à réduire les émissions de CO2 de 40 % au minimum d’ici 2030 et à adopter une approche intégrée visant à atténuer le changement climatique et à s’y adapter.

Pourquoi dès les premières réunions, il est dit que jamais Genappe n’y arrivera ?

D’un autre côté, elle donne des permis pour abattre des dizaines d’arbres et asphalte des chemins forestiers… Allez comprendre !

Pourtant, quand on veut, on peut. C’est une question de volonté politique. Pour que Genappe redevienne plus verte.